• Tu étais...

    Toi, 

    Tu étais l'unique livre sur l'étagère,

    Le seul recueil de mon univers.

    Mais j'ai mis le feu à ma terre

    Et tes pages sont devenues cimetière.

    Les bras de fumée chargés de misère

    Dispersent aux vents les mystères

    D'une chanson muette en corps sans air.

    Chaque page est encrée dans ma chair,

    J'en oterai l'empreinte au cimeterre.

    De mon âme, en errance dans le désert,

    Ne subsistera que l'ouvrage solitaire

    Qui rejoindra sur l'archelle de vers,

    Le plus grand peuple de la terre.

    « Je voudrai te direIl n'est plus temps... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :