• Il était une fois un amour d'enfant qui ne rêvait que d'amour...

    Devant lui tous les jours tentant de tromper son parcours

    La souffrance en atours se pavanait tout le jour

    Elle lui fit maints discours sur les affres de l'amour

    Pour le convaincre de renoncer à sa passion de toujours...

    Mais petit prince innocent ne comprit rien à ce discours

    Car il était, sans détour aucun, un enfant de l'amour,

    Et il savait depuis toujours qu'un mot d'amour

    Vaut mieux qu'un long discours...

    Qu'un cœur ouvert est toujours plein d'amour

    Et qu'un cœur fermé est plein de beaux discours...

     


    votre commentaire
  • Seul sur la piste

    Tout au long du parcours,

    De son voyage éternel

    Au sein de la multitude,

    Au seuil d'une aube nouvelle, 

    Il demeure solitaire.

    Sur les chemins de l'amour,

    Perdue, là-bas,

    Se dessine au loin

    L'envolée de sa raison.

    Aux confins de ses passions,

    Il subsiste reclus

    Au cœur de sa prison.

    La page blanche de solitude

    Se courbe de pluie rouge,

    Les feuilles détrempées

    S'envolent au bras du passé.

    Seul sur la piste

    Il s'est allongé,

    Le regard perdu 

    Dans la voie lactée.

    L'encre de ses maux

    Sur le sol a coulé,

    L'ultime page de ses pensées

    Sera l'herbe teintée

    Par le sang des guerriers,

    Seuls sur la piste,

    Dans l'herbe bleue

    Mouillée de coquelicots...

     


    votre commentaire
  • Les chemins de l'amour s'ouvrent à l'infini,

    Sur l'immensité de nos possibilités enfouies,

    Sur l'inimaginable force du cœur de la vie...

    Seulement il faut résister à la gravité terrestre

    Et tous ses attraits matériels, matière consumable,

    Insignifiance de propriété virtuelle et contre nature...

     

    Que s'abolissent les frontières de la misère,

    Et que naisse l'unisson des peuples de la terre...

     

    Toi qui t'accapares et conserves la matière,

    Tu ne pourras en recevoir l'infime valeur 

    Que de la part de tes congénères; 

    Car tous les trésors que tu tires de la terre

    N'appartiennent qu'à une seule réalité,

    Celle de l'équilibre de l'univers...


    votre commentaire
  • La mort pleure,

    Elle pleure ses sœurs,

    Les âmes infâmes,

    Infantes comme elle

    De la vie et de l'amour,

    Essences d'évolution.

    La faucheuse pleure,

    Elle inspire la peur,

    Et pourtant les pleutres

    La sollicitent à toute heure

    Contre leur prochain ...

     


    votre commentaire
  • Un jour nous partirons loin de ce monde 

    Nous y laisserons nos larmes et notre sang

    Pour suivre l'onde de notre âme et son temps...

    Il ne restera que traces sur page blanche...

     O lumière...

    Vois ce charbon de ta mémoire

    Fossile d'un paradis éteint,

    Poussière, trace de la terre,

    Ecriture de la pierre,

    De l'arbre et de sa chair,

    Traversant l'univers

    Pour s'éteindre sur terre

    Et renaître a la vie,

    De par le cœur et l'esprit,

    De chaque âme en grimoire...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique