• La vie se conte...

    La vie se conte...


    Comme tous les matins, la Vie parcourait la plage de long en large. Elle aimait cette promenade matinale, aspirait à pleins poumons l'air pur et frais. Elle aimait sentir le vent sur sa peau d'écrire ses voyages à l'encre fine de l'embrun, la couvrant d'un voile humide et étincelant. 

    Mais sous cette aube là, quelque chose lui parut différent. Le vent lui griffait la peau à coup de grains de sable, elle ne sentait plus la fraîcheur habituelle. Son regard se porta alors en direction de l'océan. Où donc étaient passées les vagues? Ces peintres qui dessinaient et redessinaient sans relâche les contours de son corps. 

    Ils avaient déserté le rivage blond sablonneux. Elle pouvait encore percevoir à l'horizon quelques faibles remous. Les traits d'écumes se battaient, tel un bouclier de mousse entre ciel et terre. Elle, qui était là depuis si longtemps qu'elle ne se souvenait plus du commencement, comprit alors soudain que son tour était venu.

    Son temps lui était désormais conté par le pire des démons: le Mate Et Mat Ici Un, le MEMIU... Elle ramassa vite fait ses fringues qu'elle avait jetées au hasard des dunes et se précipita chez elle. Elle avait quelques questions à poser à son concubin, la Mort.

    De retour au bercail, elle n'y alla pas par quatre chemins. Elle mit le compteur "je gère" à zéro et ouvrit si grande sa bouche que le sol et les murs se mirent à trembler. Les figures de l'apocalypse entamèrent un large sourire. Ces tableaux d'un mauvais maître qui traînaient au grenier, elle s'était toujours refusée à les accrocher de peur d'affronter les reproches des murs blancs, à vide de souvenirs que temps n'a point commis.

    - Dis donc toi! Je viens de rencontrer ton pote, celui qui se prend pour le Comte d'à Rebours, qu'est-ce qu'il fout ici? c'est quoi ce binz? Et en plus il m'a dit qu'il s'occupait de moi, que c'était son dernier job! Et toi tu vas me dire que t'étais pas au courant hein!?
    - ...
    - REPONDS!!!
    - Ben je pensais que tu savais...
    - QUE JE SAVAIS QUOI?
    - Je suis au chevet de deux de tes amis...
    - QUI?
    - L'Amour et le Rêve, ils sont à l'agonie.
    - Comment ça? Qu'est-ce qu'ils ont?
    - Une terrible maladie, l'Ego Nie... Le VIH n'est rien à côté de ce fléau...Si tes deux amis ne trouvent plus de porteurs je serai obligé de les emporter. Et, fatalement ton tour viendra, ma mie, ma bien aimée... Je t'aime, tu le sais, sans toi je ne suis rien...
    - ... En s'cret tu ne penses qu'à ta tronche au final...Mais bon, alors mon ami, s'il te plaît, épargne moi ce Comte de mes Burnes, pas besoin de lui... Fais lui d'abord son affaire, qu'il cesse de piétiner mes plates-bandes et numéroter mes abatis. La mort de la vie ne se compte ni ne se décompte, elle se vit simplement...
     
    « LE TIMBREEnfance...offense »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :