• La maison du dernier sommeil

    En ces temps de guerre psychologique, au sein du terrestre désert de béton, elle était un lieu où on vous offrait une mort douce. Vous vouliez en finir avec la vie? Rien de plus simple, on vous injectait le sérum mortel  et vous partiez pour l'autre monde de la manière la plus douce et la plus sure.

    Mais cela n'est pas le sujet de notre histoire, car le plus intéressant et le plus étrange, c'est ce qui se passait entre votre entrée dans cette maison et votre dernier soupir. Il s'y déroulait en effet un surprenant commerce. Comme on n'avait jamais rien sans rien, on échangeait le fruit de votre imagination et de vos émotions, vos derniers rêves contre une mort sereine et contrôlée.

    Depuis la révolution du cerveau, les découvertes scientifiques avaient explosé et il était désormais courant d'enregistrer ses songes, avec sons et lumières. Plus personne n'aurait eu idée de se lever le matin sans consulter son collecteur de rêves. Une merveilleuse machine qui vous proposait en plus une analyse pertinente des enregistrements les plus fous et les plus énigmatiques.

    Il était né avec ces nouvelles technologies une nouvelle forme de voyeurisme, tout le monde s'intéressait aux rêves des autres. Certains en firent commerce et obtinrent un franc succès, les plus doués devinrent producteurs. Le monde entier se battait pour leurs chefs d'oeuvre, les effets spéciaux du cinéma faisaient pâle figure à côté des possibilités illimitées du cerveau, tant du côté financier que du côté matériel.

    Les célèbres studios Ali Woud firent faillite et les acteurs ne rêvaient plus que de se faire connaître d'un éventuel producteur pour un rôle de figuration dans leurs rêves. Au palmares des genres les goûts restaient à peu près comparables à ceux des films, le sexe arrivait en deuxième position devant les cauchemars et les thrillers psychologiques...

    Mais la catégorie qui changeait tout, et remportait de loin la palme, était les superproductions qui sortaient de "la maison du dernier sommeil". Connaître par ce moyen directement issu du cerveau les impressions conscientes et subconscientes de ceux qui avaient choisi de mourir était devenu le fin du fin de la connaissance culturelle.

    La plupart des gens choisissait des rêves émanant de personnes leur ressemblant ou ayant les mêmes fantasmes qu'eux. Peut-être pensaient-ils qu'ainsi leur mort prochaine, le passage de "l'autre côté", leur semblerait plus facile. Il était évident que leur quête avait un seul but, se rassurer. Cependant la motivation première ne différait guère de celle qui poussait le peuple dans les arènes sous l'Empire Romain, la curiosité malsaine et morbide devant la mort d'autrui.

    Pourtant derrière cette apparente cruauté se profilait une autre quête, celle qui occupait l'esprit depuis l'âge de conscience, mais avec le temps et les circonstances elle finissait bien souvent par ne plus préoccuper que le subconscient. Pour certains la vie devenait un enfer, ils en arrivaient à faire n'importe quoi pour recouvrer ce droit qu'on leur avait refusé en grandissant. Il y en avait qui réussissaient à développer une volonté hors du commun, une volonté subjugante.

    Et la maison du dernier sommeil fut le théâtre d'un tel phénomène.

    Un dénommé "Jesuis De Nullpar" dont la vie avait été pavée d'injustices et de malheurs découvrit un jour, par hasard, le produit des rêveries de fin de vie d'un de ses amis. Lui, qui n'approuvait pas cette surexploitation de l'euthanasie, qu'il accusait de nouveau commerce de la misère humaine, se surprit à s'intéresser à ce qu'il voyait. Il se reconnut d'ailleurs sur l'enregistrement, étant son meilleur ami, il ne pouvait qu'en faire partie.

    C'était au demeurant une des raisons de l'énorme succès de ces productions, d'illustre inconnu vous vous retrouviez célèbre quand le rêve d'un suicidé devenait populaire. On observait ainsi une nouvelle tendance: ceux qui rêvaient de faire une carrière de star faisaient la chasse aux suicidaires. La gente mondaine se bousculait pour jouer les satellites autour de personnes qu'auparavant elle aurait méprisé. Les SDF devenaient particulièrement prisés, mais on s'appliquait surtout à entretenir leur condition, si ce n'était à l'aggraver...

    Bien loin de toute cette agitation et de ces intérêts mesquins, Jesuis se repassait en boucle la bande funeste de son ami. Quelque chose l'intriguait, mais il ne savait pas quoi. Il essayait de comprendre, et de se mettre à la place de ces pauvres bougres, pour saisir les émotions qui pouvaient générer de telles images ... C'était un mélange étrange de réalité faite de souvenirs, d'actualités et de rêves, de fantasmes, plus ou moins baignés de désespoir ou d'espérance selon l'état d'esprit des candidats.

    Il espérait à travers l'expérience de son ami, approcher au plus près la compréhension de ce phénomène, avec l'avantage de la familiarité et de la complicité qui les unissaient. Il découvrait par cette vidéo les secrets intimes d'un être qu'il pensait connaître parfaitement. Il ne lui connaissait pas ce côté spirituel, avec un goût fort prononcé pour l'éternité. Il avait bien caché son jeu cet athée inconditionnel, ou serait-ce l'imminence de la mort après l'injection qui lui aurait inspiré un réflexe de survie spirituelle? Mais il y avait autre chose qu'il n'arrivait pas à définir, un sentiment, une émotion, un malaise...

    Il entreprit de visionner d'autres productions de "la maison du dernier sommeil", dans l'espoir d'y trouver des points communs qui pourraient lui permettre d'entrevoir une réponse aux questions qui l'assaillaient. Il soupçonnait l'entreprise d'ajouter de la drogue aux produits euthanasiants, afin d'augmenter les émotions des patients et rendre ainsi leurs délires plus intéressants et plus attractifs.

    Après un certain temps, plus de cent films et plusieurs nuits de sommeil, il se réveilla un matin la tête pleine d'images de toutes ces vies qui avaient alimenté ses rêves. Elles arrivaient par flashs anarchiques et désordonnés, et pourtant quelque chose les unissait, mais quoi?

    Etait-ce son propre cerveau dans un effort de compréhension? Qu'est-ce qui pouvait donc relier toutes ces personnes qui ne se connaissaient pas? Si ce n'est leur fin choisie et le lieu, "la maison du dernier sommeil". Ses soupçons se confirmaient, mais il lui fallait des preuves... La solution était là, devant lui, il en était persuadé.

    Il se résigna tout d'abord à acheter cet infernal capteur de rêves avec l'espoir de trouver quelque réponse dans les coulisses de son propre sommeil, afin d'éliminer ses soupçons envers ce lieu de perdition. Peut-être que son subconscient lui serait plus utiles que toutes ces réflexions stériles. Puis il reprit l'enregistrement de son ami et décida de le visionner au ralenti, image par image, pour y découvrir quelque intrusion subliminale...Enfin, rompu de fatigue il mit en route la machine, enfila le casque neurosensoriel, s'allongea et plongea dans un sommeil profond. Il s'engagea alors dans le dédale de ses rêves, confiant. La mort peupla ses songes...

    La mort, cette mort qu’il aimait tant et redoutait tout autant…Non qu’il en avait peur, mais plutôt qu’il voulait être sur qu’il n’y ait rien après, que le néant. Il n’avait aucun goût pour la spiritualité, mais au fond de lui il sentait une présence, et craignait bien qu’une chose comme l’âme ne contrecarre son aspiration. Il était bien décidé à faire tout pour éviter une éventuelle réincarnation, ou encore bien pire l’éternité d’un quelconque paradis ou enfer.

    Son cerveau bouillonnait d’excitation, et s’il trouvait le moyen d’en finir vraiment ? Il n’y avait bien qu’au royaume des morts qu’on pouvait trouver quelque réponse, et quel plus bel endroit que cette pépinière de suicidés ? Il était déjà démontré que le cerveau enregistrait encore des informations après le décès, ce que chacun attendait avec impatience…en savoir plus sur LA « FIN ». Tous voulaient voir plus loin que ce fameux tunnel et sa lumière…Quand donc quelqu’un réussirait-il à passer de l’autre côté tout en donnant plus de précieuses informations ?

    Un sommeil de plomb s’était emparé de lui, du moins c’est ce qu’aurait déclaré un observateur, tant il était immobile, allongé sur le dos, les membres détendus. On le croirait presque mort si ce n’était l’activité de la machine à laquelle il était relié. L’information arrivait à grand débit,  l’ordinateur « ronflait » intensément, les témoins lumineux diffusaient une lueur presque continue. Il n’avait pas programmé d’heure pour son réveil, préférant ne pas interrompre le processus.  

    Il dormit 10 heures, une performance pour lui qui habituellement était insomniaque. Une question piqua sa curiosité : la machine avait-elle un effet somnifère ou était-ce sa conscience, voir son subconscient qui se serait mis en état de sommeil pour s’appliquer à servir au mieux sa mission ? Mais il balaya cette interrogation d’un revers de la main, l’heure n’était pas aux nouvelles complications. Il avait du travail sur la planche. Le temps de prendre un de ces concentrés énergétiques afin d’avoir l’esprit clair, et il s’affaira à parcourir les rapports de l’ordinateur.

    Et, c’est là qu’il la remarqua, le PC analysait tout et donnait une masse d’informations sous forme de tableaux, schémas et synthèses, il faisait ressortir les points dominants tels que sons, formes, couleurs, etc. Ce qui ressortait de tout ce fatras, c’est qu’à chaque pensée, image, son, reliés aux productions de la MDDS, s’associait la couleur verte, plus précisément sous forme de spectre lumineux.

    Une ambiance teintée, parfois plus intense selon les films, mais présente dans chacun. Une étrange lumière, tantôt halo, tantôt brouillard, fluctuante et de nuances verdâtres, elle était difficilement perceptible pour l’œil non averti. Une atmosphère qu’on ne retrouvait que dans les productions de la Maison Du Dernier Sommeil. Il tenait enfin un fil conducteur.

    Ce point commun qu'il cherchait avec tant d'insistance et d'acharnement, pouvait être le passage de la mort, ce spectre lumineux en était une manifestation évidente, il lui fallait à tout prix en avoir le cœur net. Mais que pouvait-il en faire ? Puis il se mit à penser que si ce passage était visible, détectable, manifeste, il pouvait lui-même avoir un impact dessus, encore faudrait-il en connaître un peu plus, et, pour cela il ne voyait qu’une solution.

    Mourir. Provoquer sa propre mort, clinique pas définitive, programmer des allers-retours afin d’avoir le temps de trouver ce qu’il cherchait, sachant qu’il disposait d’une heure à chaque fois, s’il voulait épargner à son corps des dégâts irrémédiables. Le procédé était au point et il avait moyen de se le procurer, ses relations dans le domaine médical le lui permettaient. Le problème était comment s’introduire dans le bâtiment de la MDDS sans passer par la méthode et le contrat suicide ? Tout en cherchant une solution, ses yeux restaient rivés sur la machine à rêves. Cette machine quelle diablerie ! Et en même temps quelle ingéniosité !

    Et puis, soudain, un éclair de lucidité, cette machine n’était qu’un ordinateur, et un ordinateur, ça se connecte ! La connexion, il pouvait passer par la connexion ! Il se procura rapidement le nécessaire, raccorda la machine à rêves à son propre ordinateur et créa un programme chargé d’envoyer directement les informations enregistrées de chez lui sur le serveur interne de la MDDS.  Ainsi paré, il ne doutait pas d’atteindre son objectif. Restait une question, comment allait-il s’y prendre une fois là-bas ? Il s’imaginait rencontrer les autres, sous quelle forme il l’ignorait, mais il était certain qu’il les verrait, ou tout au moins les percevrait, l’essentiel étant de communiquer avec eux.

    Il prit le temps de régler quelques affaires et de prévenir les importuns probables qu’il se retirait pour quelques temps. Il fallait qu’en aucun cas son expérience ne soit interrompue. 

    Il vérifia tout, et se prépara activement au premier grand voyage. Il n’avait qu’une seule appréhension, ne pas arriver au bout de son rêve, mourir avant de comprendre comment se jouer de l’existence. Mais il savait aussi qu’il n’avait pas d’autre choix que de prendre ce risque. Au moins il aurait tout fait pour y arriver. De deux choses l’une, soit il perdait et, dans ce cas, continuerait de vouer son existence maudite à trouver le moyen de l’annihiler, soit il gagnait et n’était plus. Il n’avait donc rien à perdre.

    L’heure était venue et n’était plus à la réflexion. Il enfila le casque, engagea le programme, s’allongea tranquillement et s’injecta le sérum. Il lui sembla perdre conscience, puis d’un coup il se sentit aspiré par le courant électrique. Sa vision n’était plus que brouillard et flashs simultanés. Ses sens disparaissaient, ou plutôt, non, ils se fondaient en une seule entité, comme un seul sens. Un seul et unique, mais ô combien plus performant que nos cinq malheureuses perceptions organiques.  Il n’était plus qu’une sphère de sens, et ce qu’il éprouvait était fantastique ! Ce parcours dans les câbles, il sentait, voyait et entendait tout, traversait les appartements voisins, et percevait tout en même temps, et plus fort encore il arrivait à tout analyser et comprendre, à une vitesse vertigineuse.

    Ce fut presque difficile pour lui de stopper cette course quand il perçut sa destination. Il savait que ce n’était pas un voyage de croisière, et qu’il n’avait pas de temps à perdre. Il ne dépendait plus d’aucune lois terrestres, lui semblait-il, tout du moins de celles qu’il connaissait de la matière. Il se trouvait maintenant dans le PC d’un opérateur informatique, occupé à traiter les demandes de plusieurs dizaines de personnes. Il prit un malin plaisir à embrouiller les données juste pour se repaître de quelques grimaces d’agacement et jouir un peu aussi de ses nouveaux « pouvoirs »…

    La pièce était immense, et plusieurs techniciens s’affairaient sur une multitude de terminaux. Après s’être amusé en une fraction de seconde avec eux, il se posa enfin la bonne question. Pourquoi autant de technologie ? Ca lui semblait vraiment exagéré en considération de l’activité mortuaire de ce lieu, qui en toute logique n’était qu’une sorte de morgue relayeuse d’informations oniriques via l’image et le son.  Il lui fallait trouver le lieu où les exécutions étaient pratiquées, mais avant, il préféra inspecter les bases de données et les programmes qui se trouvaient à sa portée. Quelle ne fut sa surprise d’y trouver tout un système médical, chirurgical, et même un labo de recherches. 

    Ce qu’il découvrait était sans précédent ! Une horreur sans nom ! Comment était-ce possible ? La perversité de l’être humain n’avait donc pas de limite ? Ils avaient fait du chemin depuis leurs débuts ces monstres. Au départ leurs intentions étaient humanistes, mais le succès fut si grand qu'ils ne purent résister à la tentation de faire plus de profit. Ils s'aperçurent que certains candidats étaient particulièrement doués d'imagination, et décidèrent que ceux-là ne devaient pas mourir... Ils financèrent dans le plus grand secret les recherches qui menèrent à bien ce projet des plus ambitieux, cette abomination sans nom...

    Il lui fallait voir ça de ses propres yeux, enfin, dans l’état actuel de sa personne il était plus juste de parler de sa perception visuelle. Il eut tôt fait de trouver le labo où « ILS » étaient entreposés. La clarté verte éclaboussa sa conscience, ce qu’il avait pris pour un spectre  lumineux inhérent à la mort n’était qu’un vulgaire éclairage de néons. Le coup était rude. ILS étaient tous là, devant lui, des milliers de tubes translucides emplissaient la vaste et illusoire antichambre de la mort. Dans chaque tube étaient conservés en vie, le cerveau, la moelle épinière et le cœur d’un homme. Ils étaient condamnés à vivre au sein de la machine et à l'alimenter de leurs délires les plus fous. Pour eux c'étaient l'enfer. Le liquide dans lequel ils baignaient ondulait et résonnait au rythme des ondes propagées par les pulsations coronaires. C’était un son étrange, à la fois insupportable et envoûtant. Sa sensibilité exacerbée fut vite submergée par tous ces battements sourds qui ne laissaient aucune place au silence de ses pensées.

    A ce moment Jesuis crut perdre la raison. Choqué par sa découverte, déséquilibré par les vibrations sonores, il se sentit soudainement secoué de convulsions et de spasmes violents. Que se passait-il ? Allait-il mourir ? C’était bien trop tôt, il n’en était pas question ! Dans un ultime soubresaut il tenta de fuir la pièce maudite. Il se produisit alors un phénomène auquel il ne s’attendait pas. Il fut subitement aspiré par une masse spongieuse, les sons devinrent lointains, la lumière se tamisa et il se sentit balancé de droite à gauche d’un mouvement régulier. Comme si, comme s’il, oui, il avait l’impression de marcher, et aussi d’entendre, de voir et de toucher comme avant… Que s’était-il passé ? Il n’était pourtant pas revenu chez lui, puisqu’il était toujours là, dans cette…Maudite Maison Du Dernier Sommeil !

    Et il était là, à consulter et vérifier comme un médecin les données retransmises par le système de contrôle relié à chaque cylindre de verre. Il lui fallut un court moment de réflexion pour comprendre enfin qu’il se trouvait dans le corps d’un des employés. Quelle singulière sensation que de ressentir et vivre dans le corps d’un autre, absolument extraordinaire. Il n’avait pas envisagé cette éventualité. Mais au moins elle lui permettait de rester dans cette salle d’une façon supportable. Il resta sans réaction un long moment, se laissant porter par ce nouvel environnement, en appréciant toute la perception. Son hôte d’ailleurs ne brillait pas par son sérieux, tout en exécutant machinalement les gestes de son devoir professionnel, il ne pensait qu’à ses maîtresses et revivait leurs galipettes passionnées. Le rythme saccadé de leurs accouplements se mariait de façon excitante au tempo lancinent des battements de cœur  des condamnés. 

    Jesuis le soupçonna de faire du zèle pour être spécialement affecté ici. Mais cette nouvelle expérience n’était pas pour lui déplaire, le bougre avait bon goût et les filles étaient chaudes. Pour lui qui n’avait pas touché une femme depuis plus d’une année, ce fut une explosion de jouissance telle, que ses sens, décuplés par ceux du corps qu’il occupait, poussèrent l’extase jusqu’au paroxysme. Il en perdit connaissance quelques secondes. Le tressaillement qui l’envahit lorsqu’il reprit conscience lui indiqua qu’il n’était pas le seul à avoir ressenti ce tsunami de plaisir. L’employé était au sol, haletant, suant, il tentait de reprendre un certain équilibre et de recouvrer ses esprits. 

    ... (pas fini)

    « Le Magicien MotLe monde perdu »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :