• L'univers en héritage

    L'univers en héritage

    Un vieil homme, sentant sa fin proche, convoqua ses trois fils. Il était propriétaire d'un immense domaine, mais il hésitait encore à choisir lequel serait digne de ce trésor, tout en espérant qu'ils le seraient tous les trois.

    Une forte tempête venait de s'abattre sur la région, et le domaine ne fut pas épargné. Le moment était bien choisi pour les mettre à l'épreuve, Après avoir délimité le terrain en trois parties égales, il leur ordonna d'aller en faire l'inspection, chacun dans un secteur, en leur signifiant de sauver ce qui pouvait l'être immédiatement et de rester sur les sentiers afin de ne pas se mettre en danger .

    Pour cette histoire les prénoms n'ayant pas d'importance autre que la distinction, nous les appellerons Din, Don et Dun.

    Bien décidés à faire de leur mieux pour satisfaire la confiance de leur vieux père, les frères se mirent en route.

    Din fut le premier à revenir et présenter à son père le constat des dégats. 

    "Qu'as-tu fais lui demanda son père?

    - Je suis resté sur le sentier, j'ai dégagé les branches que j'ai pu afin que nous puissions les évacuer, j'ai bien vu quelques cadavres d'animaux ainsi que quelques nids d'oiseaux tombés à terre, que j'ai laissé afin que la nature fasse son oeuvre, et j'ai marqué les arbres à abattre...

    - Bien mon fils, attendons tes frères..."

    Dun arriva à son tour, et fit son rapport:

    "- Je suis resté sur le sentier, j'ai dégagé les branches afin que nous puissions les évacuer, j'ai vu quelques cadavres d'animaux que j'ai laissé, et quelques nids d'oiseaux que j'ai remis en place, et j'ai marqué les arbres à abattre...

    -Bien mon fils, attendons votre frère..."

    Don enfin fut de retour un long moment après ses frères, et son père s'enquit de ce retard:

    "- J'ai dégagé les branches afin que nous puissions les évacuer, j'ai rencontré pas mal de cadavres d'animaux que j'ai enterré, et beaucoup de nids d'oiseaux que j'ai remis en place, pour faire cela j'ai du quitter le sentier, mais j'ai été prudent et n'ai pris aucun risques, et j'ai marqué les arbres à abattre...

    - Bien mes fils, maintenant je vais vous faire part de la raison de cette épreuve, vous n'êtes pas sans savoir que je me fais vieux et qu'il est indispensable que je pense à ma succession. Ce choix est difficile car je vous aime tous les trois de la même façon, mais la terre se moque de nos sentiments, et ne demande qu'à être respectée pour nous donner le meilleur d'elle même.

    Et pour celà il faut savoir que c'est nous qui lui appartenons et pas le contraire.

    Don tu as conscience de la vie, c'est bien mais tu n'as pas conscience de la nature... Tu te détournes de ton chemin pour parcourir la forêt en quête de tous les nids tombés, te prenant de cette façon pour un être exceptionnel et indispensable, comme si le monde avait besoin de toi pour survivre.

    Din tu as conscience de la nature c'est une bonne chose, mais tu n'as pas conscience de la place que tu y occupes...Ton coeur te dicte de prendre les nids et de les remettre en place pour sauver les oisillons, mais toi humain tu te poses la question: as-tu le droit d'intervenir dans le cours de leur vie, tu te sens si respectueux de l'ordre naturel que tu en acceptes la cruauté en dépit de ton coeur.

    Et ce faisant tu oublies que tu es toi-même un élément de cette nature, que tu es comme le vent, les arbres, la tempête,..., et que tu as ton droit d'intervention, d'action, du fait que tu t'es trouvé là à cet endroit, à ce moment précis.

    Ne pas le faire, ne pas agir sous prétexte de laisser faire la nature, c'est te prendre pour un être à part, exceptionnel, un Dieu...

    Sauver ce qui se trouve sur ta route n'est pas comparable au choix de Din qui décide de rechercher tous les nids à sauver.

    Il s'enferme dans une quête, il a conscience de la vie, mais pas de sa place dans cette vie...

    Dun tu as bien fait...En écoutant ton coeur sans satisfaire ton ego...

    Suivre le cours des choses, c'est épouser l'univers. Tu es humain, le sort a fait que tu te trouves là, comme le vent s'y est trouvé, tu as agis en être humain, car tu n'es pas tempête, et tu as respecté le sentier car tu n'es pas Dieu. Tu es à ta place, dans l'ordre des choses, tu as conscience d'être conscient...C'est à toi que je lègue le domaine, c'est toi que la terre a élu, et tu devras veiller à ce que tes frères reviennent à la terre...

    Il ne s'agit pas de l'avenir d'un simple terrain mes fils mais de l'univers tout entier...

    Le grain de sable »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :